Commentaires de presse sur Fabien Kachev



« Le mime Fabien Kachev a bien mérité ses rires déchaînés : avec ses mimiques folles et un répertoire qui paraît inépuisable, le Français raconte des histoires abracadabrantesques et bruyantes qui se déroulent à la manière d'une bande dessinée devant les yeux des spectateurs. C'est à en pleurer... de rire ».

(Rheinische Post Düsseldorf)


Fabien Kachev, candidat à l'équivalent allemand de la "France a un incroyable talent", se fait comprendre de son public sans jamais prononcer un mot : il est en effet artiste pantomime. Pour sa première participation à "Das Supertalent 2015", le comédien de 55 ans s'échauffe déjà en coulisses. Pour le plus grand plaisir des autres candidats d'ailleurs, puisque ce que ce Français arrive à reproduire avec ses gestes et ses mimiques est tout simplement incroyable. Pour sa performance, Fabien Kachev a choisi le thème de la chasse en endossant aussi bien le rôle du chasseur que celui des animaux. Le jury de l'émission n'a pas pu résister bien longtemps et a succombé au potentiel comique du show de Fabien, presque au point de se rouler de rire au sol. « C'était vraiment du grand cinéma, on ne pouvait pas rêver mieux. Et puis cette idée de partir à la chasse avec les animaux. C'était génial » déclaré Bruce Darnell, visiblement comblé. Inka Bause, jurée de l'émission Supertalent, est elle aussi tombée sous le charme du pantomime : « J'ai trouvé ça super moi aussi. Lorsqu'on pense aux pantomimes, on s'imagine des gants blancs et quelque chose qui traîne en longueur. Là, justement, c'est une version moderne. Splendide histoire, merci ! » La star de la pop allemande, Dieter Bohlen, s'est également laissée prendre au jeu et en a oublié le travail : « Fantastique ! C'était génial, j'ai même oublié que j'étais au boulot ici. On a tout lâché, on s'est totalement détendu. Ce que j'ai préféré, c'est ton œil. Ça m'a vraiment beaucoup plu » l'a félicité le juré de Supertalent. Et c'est ainsi que le pantomime Fabien Kachev accède à l'étape suivante de la compétition avec trois "oui".

(RTL Supertalent)


Un maître de la comédie visuelle par la grimace au festival Grenzenlos. Il chasse ses cheveux de son visage avec un geste qui rappelle Gérard Depardieu. La copine d'untel trouve qu'il a un air de Joachim Löw, le sélectionneur de l'équipe d'Allemagne. Les critiques le désignent comme la réponse française à Mr. Bean. En vérité, Fabien Kachev, que l'on a pu voir lors du festival Grenzenlos au SWR-Foyer à Fribourg, n'a pas d'équivalent. Son art se nomme la comédie visuelle (Visual Comedy) : Kachev raconte des histoires de la vie de tous les jours à l'aide de gestes, de grimaces et de bruitages. Il ne parle presque pas - et lorsqu'il le fait, c'est dans une langue imaginaire rapide, en avalant la moitié des mots, et en baragouinant quelques bouts d'allemand, d'anglais et de français. À première vue, son apparence paraît très sérieuse : Kachev arrive sur la scène en costume sombre et porte une chemise blanche et une cravate. Pourtant, ses représentations sont comiques, grotesques, parfois crues et teintées d'humour noir. Comme par exemple lorsqu'il part à la chasse : armé d'un fusil, parfois aussi d'une mitraillette, il abat un lapin, une grenouille. Mails hélas aussi son fidèle chien... et la tentative de le ramener à la vie sera vaine. Dans une autre de ses histoires, Kachev est invité à une fête. Les autres invités sont rendus vivants à l'aide de grimaces incroyables. Kachev arrive à faire rouler ses yeux de sorte à nous donner presque le tournis rien qu'en le regardant, il parvient à diriger chaque œil dans des directions opposées et à remonter ses lèvres jusqu'au nez. On pourrait croire qu'il s'agit d'un spectacle comique classique, mais même ses problèmes de digestion, qu'il finit par soulager par mégarde dans un ascenseur, sont présentés avec une telle force comique qu'on ne peut s'empêcher de rire. Après plusieurs rappels, le public laisse finalement partir l'artiste et quitte le studio de la SWR sans pouvoir résister à imiter ce qu'il vient de voir et d'entendre. Mais c'est inutile, Kachev est inimitable.

(Badische Zeitung)




Vous connaissez certainement le loup de Tex Avery. Eh bien, Fabien Kachev est un peu son cousin. Les histoires qu'il raconte sont accompagnées de nombreux gestes et mimiques. Le public jubile. La seule question qui demeure est la suivante : au fond, à quoi servent les mots ?

(Le Parisien)




Son spectacle est survolté, procède par accumulation, par entassement d'observations et de détails. Les personnages de Kachev sont méchants, hargneux, crâneurs, distraits: une humanité dont il surprend en flagrant délit les petits coups en douce.

(Le Figaro)




Même les plus bougons ne peuvent s'empêcher de rire et d'applaudir ce génial faiseur de scènes burlesque.
(Le Journal du dimanche)




Mi-parano, mi-obsessionnel, mythomane, le personnage intrigue et charme. Un humoriste à suivre. C'est Coline Serreau le conseille et dirige la partie artistique du programme. Une prestation comique au vitriol

(Télérama)




Pour résumer, c'est un mime ! Mais un mime élégant, un de ceux avec le petit doigt levé. Son truc à lui ? Jouer un filou malpoli et surexcité, adepte de l'absurde et qui finit par faire exploser de rire les spectateurs.

(Charlie Hebdo)